« Pouvez-vous nous envoyer une photo ? »… c’est plus facile à dire qu’à faire.

Lorsqu’on est éleveur et que l’on veut vendre son poulain, les acheteurs potentiels demandent souvent : « Pouvez-vous nous envoyer une photo ? S’il nous plaît, nous viendrons le voir. » Quel éleveur n’a pas entendu cela au moins une fois ? Et puis, souvent, on envoie la photo et on n’a plus de nouvelles. Cependant, il peut aussi arriver qu’un bon cliché fasse toute la différence. S’il est vraiment emballé par ce qu’il voit, le client peut décider de venir voir le poulain « en vrai », ou même, exceptionnellement, de l’acheter « sur photo ».

Ce n’est pas parole d’évangile, mais nous allons nous efforcer de vous donner un rapide aperçu de quelques points à retenir pour photographier un foal.

Ne vous précipitez pas : vous avez une seule chance de faire une bonne première impression.

C’est devenu un réflexe. Le poulain n’a que quelques heures et, déjà, les photos circulent sur les sites Internet, Facebook et autres réseaux mondiaux. Pourtant, mieux vaut souvent patienter un peu et attendre qu’il ait tété et se tienne bien sur ses jambes pour le montrer au monde entier. Pourquoi essayer de le vendre dès le premier jour ? « Les premiers seront les derniers » – eh bien c’est souvent vrai.

Ces photos montrent un beau poulain ; sur la phot ci-dessus, il a été pris en photo à deux jours, et, ci-dessous, juste un mois plus tard. Mais c’est bien le même. On voit bien que le premier cliché ne convaincra pas grand monde, alors que le second fera affluer les clients à votre porte.

Angle et perspective

L’angle sous lequel vous photographiez votre poulain est primordial. Le mieux, pour prendre un poulain arrêté, est de se placer à quatre-vingt-dix degrés. C’est l’idéal pour montrer les proportions. Un angle plus oblique peut déformer le modèle, notamment l’encolure et le dos.

La position du photographe a également son importance. Les professionnels utilisent souvent un téléobjectif pour prendre les foals, ce qui leur permet de s’éloigner suffisamment pour avoir la bonne perspective. Mais lorsqu’on ne dispose pas d’un tel équipement, tout n’est pas perdu ! On peut recourir à une astuce toute simple qui consiste à s’accroupir pour ne pas photographier le poulain de haut mais placer l’objectif à sa hauteur.

A l’arrêt ou en mouvement

De même que l’angle de prise de vue, le choix de photographier le poulain à l’arrêt ou en mouvement peut influencer la perception. C’est souvent à l’arrêt que l’on voit le mieux un foal. Une photo prise en mouvement peut cacher un certain nombre de petits défauts, surtout en ce qui concerne la conformation et les aplombs. Une photo d’un poulain au trot très aérien ne permet de dire avec certitude si ses aplombs sont corrects.

NB : un poulain en mouvement n’est pas forcément plus séduisant qu’un poulain à l’arrêt. Souvent, les très jeunes foals photographiés au trot peuvent sembler avoir l’encolure un peu à l’envers alors que ce ne sera pas forcément le cas à l’arrêt, ni, surtout, quand ils grandiront.

Photographie d’un poulain à l’arrêt

Lorsque l’on décide de photographier un poulain à l’arrêt, plusieurs éléments revêtent une importance particulière.

La tête : faites-vous aider par quelqu’un pour attirer l’attention du poulain afin qu’il regarde droit devant lui, les oreilles pointées. Avec les oreilles en avant, un cheval a l’air plus alerte et plus vif. Lorsque le poulain tourne la tête vers l’objectif, son encolure semble plus courte.


Aplombs : faites en sorte que le poulain se tienne bien d’aplomb sur ses quatre pieds. En position de repos (sur trois pieds), il ne se présentera pas bien. Il est également important que les quatre membres apparaissent sur la photographie. Si le poulain est arrêté parfaitement carré, on ne voit pas les membres du côté opposé. Ce sont les jambes du côté du photographe qui doivent être les plus écartées afin que le modèle se tienne en position « ouverte ». Dans le cas contraire, il paraîtra plus court.
Arrière-plan : Choisissez un fond neutre ou attrayant. Ce ne sont que de petits détails, mais un acheteur sera plus séduit par un poulain dans un pré bien entretenu que parmi les orties et les chardons.

A quelle heure

L’heure de la prise de la photographie a également son importance. Les poulains qui ont passé la nuit au box et viennent de sortir auront l’air vif et alerte. Un poulain qui a joué au pré toute la journée, surtout s’il fait chaud, ne donnera pas une image de la même qualité le soir.

Patience

Prendre son temps pour faire une belle photographie peut rapporter gros. Il suffit d’un bon cliché pour convaincre votre acheteur potentiel de venir voir votre poulain.

Conseil : accroupissez-vous et cadrez le poulain. Attendez qu’il se mette à téter puis attirez son attention. Un poulain qui vient de téter et qui lève brusquement la tête donnera presque systématiquement une belle photo. Et vous aurez moins à vous soucier de l’arrière-plan puisque c’est la jument qui servira de fond.

 

Au dessus, une photographie comme on en reçoit souvent et, à ci-dessous, le même poulain, dix minutes plus tard. Dans le second cas, on a fait attention au fond, à la position du foal et à la perspective.

 

Soleil, ombre

Cela peut vous paraître curieux et contraire à ce que vous pensiez, mais le soleil n’est pas toujours un allié quand on prend des photos. C’est même souvent un désavantage. Une ombre sur l’encolure de votre poulain la fera paraître plus courte qu’elle ne l’est en réalité. Sur une photographie prise à contre-jour, le sujet sera sombre et peu net. C’est pourquoi il vaut mieux choisir un jour un peu nuageux pour votre séance photo. Si ce n’est pas possible, faites en sorte d’avoir le soleil dans le dos ou de côté. Ne vous placez pas face au soleil pour prendre les photos et méfiez-vous des ombres trompeuses.

Cadrage

Un bon cadrage de l’ensemble de l’image est également primordial ; s’il y a trop d’herbe en dessous du poulain ou trop d’air au-dessus, il paraîtra plus petit. Vérifiez également que le sujet n’est pas coupé et apparaît entièrement sur la photo. Il serait dommage de réussir une bonne photo sur laquelle il manque le bout des oreilles ou les sabots.

 

 

 

Ce site utilise des cookies. De cette façon, nous pouvons faire en sorte que votre expérience de navigation soit encore plus agréable.
En savoir plus?