Nouvelles vies

Dans le tout dernier classement WBFSH, Zangersheide arrive en tête. Une belle reconnaissance, mais qui revient avant tout aux éleveurs qui, année après année, ajustent les meilleurs croisements en sélectionnant et en combinant la quintessence des gènes sportifs. Un travail de longue haleine qui, au vu des récentes naissances, continue à porter ses fruits. Ces combinaisons de gènes ont déjà écrit l’histoire des sports équestres. Dans la collection de cette année figurent des mères de chevaux qui s’illustrent elles-mêmes en saut d’obstacles, remportent des Coupes du monde ou encore ont couru des championnats majeurs. Le lien direct avec le sport de haut niveau n’est jamais bien loin. Certes, ce n’est pas une garantie absolue au regard de la nouvelle vie qui s’annonce, mais cela apporte plus de certitudes. Quant aux choix des étalons, ils révèlent un standard élevé chez les sires. Taloubet Z est par exemple une option évidente en termes d’accomplissements sportifs. Mais nos éleveurs donnent également leur chance aux jeunes étalons, même s’ils souhaitent voir des pedigrees toujours plus prestigieux. Une chose est sûre : tant pour les lignées maternelles que paternelles, le sport s’écrit toujours en lettres capitales.

Les écuries For Fun

Eise Brinkman (de Zuidbroek) et Norbert Lodewijks sont les meilleurs amis du monde. Ils dirigent tous deux un élevage, pour le plaisir, d’où le nom de leur écurie : For Fun. Leur nom a émergé il y a environ six ans, lorsque Bro For Fun Z est devenu vice-champion du monde lors du Z-Festival. Brinkman lui-même a évolué en épreuves jusqu’à 1.30m, sa profession de revendeur pour Subli Equine Feeds le conduit dans de nombreuses écuries, un univers qu’il connaît donc bien, ce qui lui permet d’avoir une bonne vue d’ensemble du monde de l’élevage. « En fait, explique Eise, nous sommes une équipe de jeunes chiots qui se retrouvent tous les jeudis pour parler chevaux. Nous pratiquons l’élevage juste pour le plaisir, ce qui ne veut pas dire qu’on ne s’applique pas, au contraire, nous étudions chaque croisement avec beaucoup de soin, nous essayons d’êtres bons, de rester affûtés. Le Z-Festival représente un bon paramètre et nous sommes bien sûr ravis quand nous pouvons vendre un poulain lors d’une des Ventes Z, plutôt les mâles d’ailleurs, car nous gardons les pouliches pour le sport et l’élevage. »

Axwell For Fun Z a déjà vu le jour, un fils d’Aganix du Seigneur Z. Pourquoi Aganix ? « Parce que nous avons déjà vu pas mal de ses produits et il peut améliorer le galop de notre jument par Numero Uno. Je ne veux pas me vanter, mais je donnerais bien un 10 à Axwell pour ses capacités athlétiques. Nous avons également un poulain robuste par Comilfo Plus Z, nous avons choisi cet étalon pour sa locomotion. Et nous attendons encore un produit de Cicero Z. »

Luc Deknudt ‘vd Windeweg’

Vous avez peut-être déjà vu Koen Vereecke à l’œuvre durant le Z-Tour, avec Donna vd Windeweg Z (Diamant de Semilly). Tout comme vous avez probablement croisé Luc Deknudt, de Ieper, l’éleveur de van de Windeweg, qui même proche de l’âge de la retraite continue d’exercer en tant que dentiste « de 8h00 du matin à 8h00 du soir ! C’est vrai que ça ne laisse pas beaucoup de temps pour les loisirs. Je viens d’une famille d’agriculteurs mais je n’étais jamais monté à cheval jusqu’à mes 38 ans, grâce à mes deux fils qui prenaient des cours en centre équestre. Ils m’ont contaminé avec le virus du cheval. L’un d’eux, Cederik, en a même fait sa profession. Mon premier produit est né en 2000. Avant cela, j’achetais des chevaux pour mes fils mais vous savez ce que c’est, ce commerce n’est pas toujours… carré, j’ai donc décidé de me mettre à l’élevage. J’ai en général deux poulains par an, mes fils travaillent les jeunes chevaux, que nous vendons à 6 ou 7 ans. Mon troisième produit a remporté l’obstacle en liberté au Z-Festival. De mon point de vue, cet événement est très instructif pour les poulains et les jeunes chevaux, et quand j’y vais, j’ai l’impression de partir en week-end. Je présente les mâles au jury en visant la sélection pour la vente aux enchères. Ce sera le cas pour Torino vd Windeweg Z, un fils de Taloubet Z et Tibora vd Windeweg (Thunder v Zuuthoeve). J’ai choisi Taloubet Z pour ses résultats sportifs et parce que j’adore le sang de Galoubet, c’est un grand gaillard, regardez comment il sautait encore juste avant ses adieux à 18 ans ! Vous verrez également ma pouliche par Kannan au Z-Festival, mais elle ne sera pas à vendre, nous la gardons pour l’élevage. Elle est issue de la même mère que celle de l’international de Koen Vereecke. »

Un premier poulain grâce à Tobago Z

Marie Stephanie Delheid est vétérinaire aux Ecuries Stephex. Elle en connaît donc tous les chevaux, mais pour elle, il y en a un qui sort du lot : Tobago Z ! « Que puis-je dire ? Il a tout ! Il est surtout connu pour ses capacités athlétiques, mais c’est aussi un étalon avec de très bonnes manières, un bon contact et j’ai déjà vu ses premiers produits. Je ne suis pas une éleveuse, vraiment, mais le sort nous a fait nous rencontrer. Et honnêtement, je considère comme un privilège de pouvoir côtoyer Tobago Z au quotidien. Il a influencé ma décision de tenter cette aventure, faire naître mon tout premier produit avec la jeune jument par Cardento que je monte. La pouliche se nomme Trinidad Z, je la présenterai au Z-Festival et j’espère qu’elle sera sélectionnée pour la vente. »

Les poulains cinq étoiles de De Bosrand

Les chevaux ‘Van den Bosrand’ sont de toute évidence plébiscités par les cavaliers internationaux, comme le champion d’Europe Peder Fredricson qui, en début d’année, a acheté un fils de Cardento, Kirlo vd Bosrand. Qui ne se souvient pas de Giljandro vd Bosrand (Orlando x Clinton) que l’on a vu briller dans les Sires à Lanaken, et surtout dans la finale Coupe du monde avec Henrik von Eckermann il y a trois ans. Et qui a aussi triomphé dans les Coupes des nations de Sopot et Odense avec Rene Tebbel. Le mois dernier, la demi-sœur de Giljandro mettait au monde Talice van den Bosrand, un fils de Taloubet Z. Les naisseurs sont Luc et Kathleen Huyghe Maenhout, de Maldegem, mariés depuis 30 ans : « Nous étions tous deux des cavaliers amateurs, mais peu à peu, monter à cheval est passé au second plan. Nous avons acheté une jument à Hubert Hamerlinck, initialement pour le sport, mais cette jument était trop impulsive, trop difficile pour nous. Nous avons donc décidé de la mettre à l’élevage car elle avait par ailleurs d’autres qualités, c’est ainsi que tout a commencé. Nous étions débutants lors du Z-Festival de l’année dernière. D’un côté nous étions satisfaits du résultat, juste derrière les finalistes, ce qui est plutôt bien pour une première fois. Mais d’un autre côté, nous étions un peu déçus que notre produit ne soit pas sélectionné pour la vente. Nous sommes agriculteurs et avons de la place pour garder les poulains mais malgré tout, ils ne peuvent pas tous rester, explique Kathleen, mon mari voudrait tous les garder mais moi, je veux d’abord couvrir les frais ; je paie les factures et mon mari n’a pas idée de ce que cela nous coûte (rires). Nous élevons depuis assez longtemps pour savoir que tous les poulains n’auront pas une brillante carrière, tous ne seront pas des stars. »

Les produits Van den Bosrand sont rarement vendus poulains : « Nous en faisons naître six à sept par an, nous essayons d’en vendre quelques-uns, les autres grandissent ici puis vont ensuite chez Kurt De Clercq, dans une démarche gagnant-gagnant ; quand il croit en eux, il les travaille en vue de les vendre quelques années plus tard. Nous avons actuellement un poulain par Taloubet Z, issu de la demi-sœur de Giljandro, car je suis fan de cet étalon depuis un long moment. Nous avons aussi un foal par Columbus Z, pour son aptitude hors normes à l’obstacle, et un par Brunetti Z, un grand étalon avec beaucoup de qualités sportives. Nous pensons emmener quelques poulains au Z-Festival et espérons bien qu’ils seront sélectionnés pour la Vente Z. »

Van Vreckom & Cordon, l’élevage aux juments prestigieuses

Evelyne Van Vreckhom et Pilar Cordon sont de grandes amies qui ont rejoint le cercle des éleveurs. Nous connaissons surtout Evelyne comme cavalière de jeunes chevaux et Pilar pour son élogieux palmarès, comme sa participation aux JO de Rio en 2016. Leur élevage s’appuie sur des juments qui se sont illustrées au plus haut niveau et sont maintenant à la retraite. L’une d’elles est Coriana van Klapscheut (Darco x Heartbreaker), née chez la famille Van Rossem à Pajottenland. Coriana a foulé les pistes internationales avec Eric Lamaze et Pilar Cordon et en 2010, elle a donné naissance à Koriano (Lord Z), champion du monde à Zangersheide il y a deux ans. Le même croisement a donné un autre produit, une pouliche baptisée Loriana Phylira VV Z... la propre sœur d’un champion du monde !

Evelyne et Pilar ont d’autres poulinières tout aussi intéressantes, comme Goriana van Klapscheut, issue de Coriana par Vigo d’Arsouilles. Et il y a Gribouille de Lys, qui a pris part aux Jeux olympiques de Rio. « Nous avons beaucoup investi dans notre élevage ces dernières années. Nous travaillons souvent avec ICSI et attendons des poulains entre autres de Heartbreaker et Chacco Blue. Tout ceci représente un fort investissement financier et la priorité du moment est de couvrir nos frais en vendant des poulains. Nous prévoyons également d’en former, car il s’agit là de notre activité principale : je les travaille jusqu’à leurs 6 ou 7 ans, puis Pilar les reprend. Nous visons clairement le haut niveau avec nos propres produits. »

Brunetti Z bonifie le galop

A Houthulst, en Flandre-Occidentale, Brunetti Z a un fils nommé Bacardi vh Vrijbos Z, « parce que nous habitons Rue de Vrijbos en bordure de Het Vrijbos, explique Geert Vandewaetere, un quartier au passé criminel puisqu’à la fin du 18ème siècle, Het Vrijbos était le camp de base du gang de Baekelandt. » Mais c’est de l’histoire ancienne et Bacardi peut désormais brouter en toute sécurité du côté de Het Vrijbos. « J’ai 57 ans et je monte depuis que j’en ai 14, dans un centre équestre de la région. Je possède actuellement un 6 ans bien éduqué dont je n’ai pas l’intention de me séparer. Bacardi est pour mon fils, nous n’élevons que pour notre usage personnel. Je suis routier mais une fois à la maison, je vis et respire chevaux. Nous pratiquons l’élevage pour nos propres besoins et encore, pas tous les ans. La mère de Bacardi, Finesse de Cerise (Kashmir vh Schuttershof x Randel Z), appartient à ma belle-fille et il y a trois ans, elle a donné naissance à un Jaguar van Paemel. En fait, Bacardi est un coup de chance extraordinaire, vraiment. Mon fils et ma belle-fille sont en pleins travaux de rénovation et n’ont que peu de temps à consacrer aux chevaux, qui sont donc tous chez moi. Fais faire un poulain à Finesse, m’ont-ils dit, en compensation de ce que tu fais pour nos chevaux. Dont acte, Brunetti ayant été choisi pour ses aptitudes et son galop remarquablement puissant. » Geert n’a pas l’intention de le vendre, il reconnaît qu’il est un piètre vendeur. Montera-t-il Bacardi un jour ? « Probablement jamais, il est pour mon fils. Quand il sera débourré, j’aurai 60 ans, je pense que je vais m’en tenir à mon nouveau 6 ans. »  

La brigade DH : seulement 25 poulains

Y a-t-il quelqu’un qui ne connaîtrait pas Jos Ceulemans, le supporter le plus haut en couleurs des sports équestres ? Et l’éleveur aux commandes de DH (pour Dwerse Hagen), où les chevaux paissent entourés de serres pleines de laitues, sur des dizaines d’hectares. Il fut un temps où Jos faisait naître quelques douzaines de poulains. « J’ai considérablement réduit ce nombre, nous confie Jef Goossens, en charge des poulains et des jeunes chez DH. Désormais, seulement 25 à 30 poulains naissent ici par an mais lors de différentes ventes aux enchères, nous en achetons aussi, donc finalement, nous en avons environ 50 en permanence. » DH possède plusieurs excellentes juments, comme Withney DH, membre de l’équipe nationale avec son gendre Patrik Spits. En parallèle, Thibeau Spits assure la future relève : il décrochait l’année dernière le titre de champion d’Europe avec l’équipe junior belge et a également remporté son premier GP international avec Bellissimo Z (Bamako de Muze x Chin Chin), qui a donné naissance à une Taloubet Z, Ti Amo Domi DH Z, « une pouliche alezane née en février, poursuit Jef Goossens. Nous avons choisi Taloubet Z pour sa réactivité et son mental de compétiteur. Bellissimo Z est une battante elle aussi et nous souhaitions mettre l’accent sur cette caractéristique. La pouliche a une bonne locomotion, souple, elle semble avoir pas mal de sang, est curieuse de tout et peut changer de direction quasiment sur place. Donc mission accomplie. Parfois nous mettons beaucoup de temps à choisir un croisement, parfois nous improvisons à la minute où la jument tombe en chaleurs. La jument est toujours le point de départ de la réflexion et ensuite nous cherchons l’étalon qui lui correspond. En premier lieu, nous sommes une écurie de chevaux de sport, donc dans ce contexte, il n’est pas surprenant de choisir Taloubet Z. Les poulains ne sont pas à vendre, à moins que nous ne soyons approchés par des acheteurs ou les organisateurs d’une vente aux enchères, mais cela se limite à deux ou trois produits par an. »

Cent cinquante poneys de polo et un poulain par Levisto Z

La famille Schockemöhle a fait la renommée du village allemand de Mühlen. C’est également ici que vit Vanessa Schockemöhle, la fille d’Alwin : « J’ai choisi Levisto Z car il a beaucoup de charme. Avec Judy Ann, il a gagné quasiment tout ce qui pouvait l’être et il a maintes et maintes fois démontré toutes ses qualités. J’ai fait naître moi-même la mère de ma pouliche Levistina Z, Cassise VS, une fille de Calvados Z x Cassini II. Cassise est une demi-sœur de Balthargo (par Baltimore 62), qui évolue à 1.35 m avec Maxime Harmegnies, et de l’étalon approuvé OS Balousino (par Balou du Rouet). J’ai également trois autres juments de CSO que j’utilise pour l’élevage, mais je suis surtout investie dans les poneys de polo, explique Vanessa. Faire naître des chevaux de sport est une affaire de famille, donc j’ai toujours connu cela, mais j’ai surtout en moyenne 120 à 150 poneys de polo dans mes écuries sur l’année, de ce fait le plus gros élevage de poneys de polo en Europe. Nous possédons six étalons pour la monte et nous livrons de la semence y compris à l’international. Nous avons également une section qui gère le travail des chevaux et bien sûr, le commerce. Les chevaux de CSO sont surtout un loisir : je suis pas mal montée en épreuves moi aussi, mais lorsque j’ai découvert le polo, j’y ai laissé mon âme (rires). Je me tourne souvent vers Zangersheide, c’est un vrai stud-book de chevaux orienté sport dont les étalons peuvent être eux-mêmes performers et de mon point de vue, c’est une vraie valeur ajoutée pour l’élevage. Ils étudient de près les lignées maternelles et ont de bonnes plates-formes de vente pour leurs poulains, c’est vraiment du tout compris ! Je suis absolument ravie de cette magnifique et grande pouliche… tout a un prix, tout est à vendre. »

Hulapalu Z & Cyttrus Z

Les écuries Frieder Dietterle comptent déjà deux poulains Zangersheide. Le premier mâle répond au nom de Hulapalu Z, son père est Heartbeat Z. Le second, Cyttrus Z, est un fils de Cornado II Z. « Nous avons choisi Heartbeat Z car nous cherchions un étalon qui combinait de bonnes aptitudes à l’obstacle et un bon caractère. Nous avons donc pris conseil auprès du stud-book qui nous l’a conseillé. Sa mère, Basita, est une fille de Coriano Z, elle est elle-même assez talentueuse. Elle a beaucoup de sang et transmet bien ses aptitudes. La seconde mère du poulain, Casita 4, a aussi été chez nous et a concouru jusqu’à 1.45m. C’était à mes yeux une jument exceptionnelle mais elle est malheureusement morte prématurément, de coliques. Basita elle-même est sortie en épreuves à 1.35m, » nous explique Frieder. « Nous sommes également très heureux de notre poulain par Cornado II Z. Il est incroyablement beau et grand. De longs membres, de grandes lignes, tout ce que j’aime ! Il est issu d’une jument nommée Selma, par Spartacus TN x Nabab de Reve. Elle aussi était une très bonne jument de CSO, mais un accident a mis fin à sa carrière sportive. Selma est une demi-sœur de Cornelis II, un fils de Heartbreaker qui tourne en épreuves à 1.45m. » Deux à trois poulains voient le jour tous les ans chez les Dietterle, mais cette année, cinq juments étaient gestantes. Les quatre prochains étalons sont déjà choisis : Cornado II Z, Heartbeat Z, Solid Gold Z et Dominator Z. « Espérons que les juments prendront facilement ! » Frieder a surtout travaillé avec le studbook Holsteiner, mais l’année dernière, il s’est tourné vers Zangersheide car il cherchait plus de modernité. Frieder possède environ vingt chevaux mais il s’agit principalement d’un loisir, une passion même.

Le sang sportif de l’élevage des Cedres Verts

C Java Cedre Vert Z a vu le jour en France, une combinaison de gènes sportifs avérés. L’élevage avait fait l’acquisition d’Arizona vd Arenberg (Quidam de Revel x Codexco) quand elle avait 6 ans. Elle est connue pour être la mère du cheval de Grand Prix Utamaro d’Ecaussines (Diamant de Semilly), qui a fait carrière avec Joe Clee et qui remportait la Coupe du monde de Londres en décembre monté par William Whitaker. Depuis le début de cette année, Utamaro et Niels Bruynseels font route ensemble. Utamaro a également une propre sœur, la 8 ans Bali des Cedres Verts, qui mène une carrière internationale sous la selle de Marlon Zanotelli. Arizona a déjà deux produits internationaux, un 8 ans et un plus âgé. Sa petite dernière est donc une pouliche par Cicero Z Van Paemel : « En fait, nous voulions un poulain de Taloubet Z l’année dernière mais il venait juste de quitter la scène sportive et cela n’a pas pu se faire, nous avons donc opté pour Cicero Z. Nous élevons à petite échelle, juste un ou deux poulains par an. Nous ne prélevons notre jument qu’une fois puis elle porte elle-même le second poulain, c’est ainsi que nous pratiquons. Les poulains ne sont pas à vendre, ils sont débourrés à 4 ans et nous commençons à les travailler tranquillement. Ils sont généralement vendus après quelques années. »

Burhill Sport Horses, deux Cabrio Z, deux Mylord Carthago et un Don VHP Z

Nous connaissons Samuel Hutton en tant que cavalier d’Abdel Saïd. Quant à Kevin Witteveen, il a travaillé pour Jessica Mendoza et a intégré les écuries d’Alexandra Thornton, Dunwalke Stables, où il est en charge de la gestion de l’écurie et du travail des chevaux. Kevin et Samuel ont fondé ensemble Burhill Sport Horses en 2016, une écurie où ils forment de jeunes chevaux, après leurs journées de travail respectives. Ils ont actuellement une douzaine de pensionnaires. L’investissement en jeunes chevaux étant plutôt conséquent, Kevin et Samuel ont décidé de se mettre à l’élevage. Qui ne tente rien n’a rien… ils ont donc investi dans des lignées maternelles de bonne qualité qu’ils croisent avec des étalons de sport ayant fait leurs preuves, comme Asca Z, Aganix du Seigneur Z, Vagabond de la Pomme, Canturano Z. « Nos premiers produits ont 2 ans. Nous aimerions former la plupart d’entre eux mais nous ne pouvons pas tous les garder. Donc cette année, nous irons présenter un de nos produits pour la première fois au Z-Festival. Nous souhaitions déjà y aller l’année dernière, mais la jument n’était pas très en forme et nous avons annulé. Ce sera donc cette année avec un mâle par Cabrio Z issu de notre jument par Vigo d’Arsouilles, Confidence BS Z. Une autre de nos juments, For A Smile (Carnaval Drum), a donné une pouliche par Aganix du Seigneur Z (Amazing Smile BS Z) et un poulain par Canturano II (Clever Smile BS Z). Par chance, quand nous les avions prélevées, nous avions récupéré deux embryons de Mylord Carthago : Mylady Smile BS Z et Magic Smile BS Z. Après cela, nous avons prélevé un embryon de Don VHP Z qui a donné un poulain que nous avons nommé Diamond Smile BS Z. En général, nous faisons naître environ trois poulains par an… cette année c’est cinq ! »

Asca Z et Cabrio Z en Grande-Bretagne

Gerry et Danny Dune sont à la tête du Grovely Riding Centre où sont formés les jeunes chevaux, de quoi éveiller leur intérêt pour l'élevage. Ils ont déjà produit de nombreux chevaux de renom, comme Darry Lou (Tangelo vd Zuuthoeve) sous la selle de Beezie Madden, ainsi que quelques poulains dont Torc Falls DB Z (Tangelo vd Zuuthoeve) parti en Russie, ou Big Time Z (Big Star x Cassini) vendu au Haras Eichenhain en Allemagne et Dalens DSH Z (Dominator  Z x Casall) acheté par la Mexicaine Ximena Milmo. Ils possèdent de bonnes juments soigneusement sélectionnées, comme Negura MS Z (Nabab de Reve) suitée d'un poulain par Cabrio Z. La sœur de l'international Portofino (Michael Whitaker) a donné Vegas Z par Vagabond de la Pomme et elle est la mère d'un poulain par Asca Z (Azalea DC Z). En plus du sang de Portofino, Grovely Riding Centre met aussi en avant les gènes de Fragance de Chalus par sa petite-fille. Ils possèdent également des juments par For Pleasure (Beaukilly) et Diamant de Semilly (Fancy) mises à l'élevage. « Nous avons choisi Cabrio Z pour notre grande jument par Nabab de Reve, son poulain est né en février (Cabrera DSH Z) et elle est maintenant gestante de Tobago Z. J'ai huit poulains qui seront tous enregistrés Z. Azalea DC Z restera chez nous car sa mère va démarrer une carrière sportive. Nous aimerions bien vendre le Cabrio Z à la Vente Z. »

Fred van Straaten, quelques décennies d’expérience

La famille Van Straaten à Den Ham élève des chevaux de CSO depuis quelques décennies. Pour n'en citer que quelques-uns : Handel II (Michael Whitaker), ou encore Roelofsen Horse Trucks Eldorado (Diarado) avec qui Jeroen Dubbeldam remportait récemment la médaille de bronze du championnat national des Pays-Bas. L'histoire de ces éleveurs démarre dans les années 60 avec l'achat d'une jument Gelderse, Isabelle, qui allait devenir la fondatrice du haras. Sa production compte l'étalon approuvé Fair Play et les internationaux Exodus et Hurricane. Une quinzaine de poulains naissent ici chaque année, les mâles sont vendus et les pouliches sont passées au crible quand elles ont 2 ans ½. Puis elles donnent naissance à deux poulains avant de démarrer leur carrière sportive. « Je n'assiste jamais aux inspections des poulains. Au bout du compte, le seul standard de notre élevage, c'est le sport et nous nous y tenons strictement. Nous travaillons avec Zangersheide depuis longtemps, du temps de Mr Melchior, et nos contacts avec Alex Korompis ont toujours été également enrichissants. Nous utilisons beaucoup d'étalons Z pour notre élevage, comme dernièrement Kazan Z (Baloubet du Rouet x Heartbreaker). Quand j'ai posé mes yeux sur lui, j'ai été immédiatement sous le charme, c'est pour moi le plus beau des fils de Baloubet. Notre poulain mâle a un bon potentiel commercial ; il est né fin avril, sa mère est Gentle Belle (Corland x Carolus) et nous l'inscrirons à la vente. »

Zangersheide en Pologne

Z a sa place également en Pologne, Joanna Banas en assure le lien. Au cercle hippique d'Osadkowski, trois à quatre poulains naissent par an. Ici aussi, la préférence va aux mères qui ont déjà un palmarès ou un potentiel sportif. L'une d'entre elles est C.Silesia Z (Chellsini Z - Osadkowski Riding Club) qui entamera sa carrière cette année, le sport étant très prisé en Pologne. C'est donc naturellement qu'ils se sont tournés vers Zangersheide dont c'est le cœur de métier. Une autre jument, Aida HL (Pink Floyd HL x Alexis Z) a donné cette année Great George Z, un poulain par George Z, choisi pour ajouter le sang d'Usha van ’t Roosakker à leurs lignées. Aida, elle-même ancienne sportive, avait déjà donné naissance à Amulette, championne des 6 ans en Norvège et est actuellement gestante d'Aganix du Seigneur Z. 

Aleksandra Furgo dirige un petit élevage à dimension familiale qui compte deux juments. Elle possède actuellement deux 2 ans, dont un par Dominator Z, Dominick Z. L'année dernière, la mère de Dominick Z a été croisée avec Columbus Z, ce qui a donné un mâle nommé Cedrick Z. Columbus Z a été choisi pour son excellente technique à l'obstacle et sa réactivité sur les barres, en plus d'un papier parfait. Aleksandra est tellement satisfaite de Columbus Z et Cedrick Z qu'elle a décidé de rejouer la même combinaison cette année. C’est pour Dominator Z qu’Aleksandra Furgo s'est rapprochée de Zangersheide, et clairement, elle y a pris goût.

 

 

Ce site utilise des cookies. De cette façon, nous pouvons faire en sorte que votre expérience de navigation soit encore plus agréable.
En savoir plus?