Z à Tokyo - Verdini d'Houtveld Z, en route pour les Jeux Olympiques sous couleurs néo-zélandaises

« Un échange d'embryons heureux et réussi avec Luc Henry »

 

Verdini d'Houtveld Z, 10 ans, est un fils de Verdi TN (Quidam de Revel) et de Laska III (Caretino), mère de nombreux chevaux de Grand Prix. Verdini est né à Halle, chez Xavier Van Melckenbeke, dont le métier est de débourrer, éduquer et vendre des chevaux. C'était le cas pour Verdini, qui a été vendu en Amérique par Xavier à l'âge de 6 ans. Aujourd'hui, quatre ans plus tard, Verdini va participer dans quelques jours aux Jeux olympiques avec Sharn Wordley.

 

Xavier Van Melckenbeke reste impassible face à cette situation : « J'ai 53 ans et je faisais naître auparavant cinq à huit poulains par an, que je formais et revendais. J'ai commencé à élever parce que je n’avais pas les moyens d’acheter des chevaux. Maintenant que je suis un peu plus âgé, j'ai réduit l'élevage et j'achète plutôt des jeunes. Sinon, cela prendrait trop de temps et j'ai toujours autant de plaisir à le faire. Le fait que je reste si calme est question de réalisme. Bien sûr, je suis heureux que Verdini aille aux Jeux olympiques, mais il faut toujours regarder les choses avec une vision plus large. Faire naître un bon cheval est quelque chose qui vous tombe dessus. La différence entre "tout" ou "rien" est infime. Du moins, c'est mon expérience. Il est vrai que j'ai fait naître de bons chevaux, peut-être ai-je eu la chance du débutant ? J'ai formé moi-même tous mes chevaux et croyez-moi, ils ne deviennent pas tous des chevaux de haut niveau. Je les vends lorsqu'ils ont 6 ou 7 ans et il faut alors avoir la veine qu'ils arrivent entre les mains de bons cavaliers. C'est là que Verdini a eu beaucoup de chance, Sharn Wordley est un vrai cavalier et il a réussi à progresser tranquillement avec lui jusqu'au niveau qu’ils ont atteint aujourd’hui. Tout le mérite lui revient.

Verdini était un cheval très particulier, très craintif, très sensible, très capricieux. Son débourrage a pris beaucoup de temps : il ne possédait pas le plus facile des caractères. Verdini était très respectueux sur les barres et avait un geste très rapide. Il avait certainement des qualités de sauteur mais il était extrêmement inquiet. Je n'aurais jamais pu l’engager en finale des jeunes chevaux à Gesves, et encore moins au mondial de Lanaken, sourit Xavier. Nous ne sommes jamais allés au-delà des épreuves régionales. Certains chevaux ont simplement besoin de plus de temps. Mon principe de base est que les chevaux doivent développer leur confiance, ils doivent avoir le sentiment de dominer leur sujet et cela prend du temps. Je n'ai aucun contact avec Sharn Wordley, mais j'ai hâte de savoir comment lui et Verdini vont s’en sortir. Ce cavalier a mon plus grand respect et je lui suis reconnaissant d'avoir accepté Verdini tel qu’il est et de lui avoir laissé tout le temps dont il avait besoin. Tokyo est le résultat de ce travail de patience, même si pour moi la chose la plus importante est que Verdini se soit révélé et épanoui avec ce cavalier. Après les Jeux, je vais sûrement essayer de la contacter ».

 

Verdini d'Houtveld Z avait fait l’objet d'une transaction inhabituelle, un échange d'embryons avec Luc Henry. « J'ai fait naître Radco d'Houtveld (Darco) qui a atteint le niveau 1,60m avec Peter Wylde et Oriflamme d'Houtveld (Darco) qui a également évolué à 1,60m. Tous deux sont issus de la même jument, L'Atome (Larome x Guignolet) qui a également mis au monde Une Ile d'Houtveld (Darco). Luc Henry voulait un embryon de cette jument (qu'il a croisée avec Andiamo Z. Le résultat a donné Boetia Hero, ndlr). En échange, il m'a donné un embryon de sa Laska III dont le père était Verdi, ce qui a donné Verdini. Laska est la mère de par exemple China Touch Hero (mère de Akarad Hero Z), Tinka's Hero Z (Tinka's Boy) ainsi que d’Alaska Hero Z et Akyida Hero Z, toutes deux par Aganix du Seigneur Z.

Nous nous y sommes tous deux bien retrouvés dans cette affaire. Avec ma jument Une Ile d'Houtveld, il a produit une pouliche, Boetia Hero et elle a produit plusieurs chevaux par Aganix du Seigneur Z qui sortent tous à 1,50m (Andiamixa Hero Z, Andiamix Hero Z et Andiamix II Hero Z). De sa Laska, j'ai eu un poulain, Verdini, et c'est lui qui est maintenant parti à Tokyo. Je vais bien sûr le suivre de près lors de ces Jeux olympiques. Jusqu'à présent, Verdini a pu tranquillement construire sa carrière. Il a remporté plusieurs Grands Prix 3* en Amérique, mais il n'a pas encore d'expérience en 5*. Je suis curieux » !

Ce site utilise des cookies. De cette façon, nous pouvons faire en sorte que votre expérience de navigation soit encore plus agréable.
En savoir plus?